Pfizer est sans aucun doute l’un des plus grands noms de l’industrie pharmaceutique. Ce conglomérat américain, basé à New York, a maintenant 169 ans, vaut 172 milliards de dollars et emploie 96 500 personnes dans plus de 90 pays dans le monde. Il est derrière certains des médicaments les plus vendus dans l’histoire, y compris Lipitor, Diflucan, Azithromycin et Viagra.

Actuellement dirigé par Ian Read, un homme d’affaires écossais chevronné et un expert de l’industrie pharmaceutique, Pfizer a réalisé un chiffre d’affaires de 52,55 milliards de dollars en 2017 seulement et est sûr de développer son activité depuis le début du XXe siècle.

Mais, cette immense entreprise a eu des débuts plutôt modestes. Ici, nous allons voir l’historique de la deuxième plus grande société pharmaceutique au monde.

Le contenu de la page

Tout commence en 1849

Il y a près de 170 ans, en 1849, Charles Pfizer, un jeune immigré d’origine Allemande, a emprunté 2,500 dollars à son père pour créer une entreprise avec son cousin Charles Erhart. C’est ainsi que “Charles Pfizer & Company” est né dans un immeuble en briques rouges à l’intersection de Williamsburg et de Brooklyn, dans le New York qu’on connaît, cet endroit servira de siège social pour les 20 prochaines années.

Dans l’esprit du gérant et de son associé, la société qu’ils avaient créée allait devenir une entreprise de chimie prospère mais à aucun moment ils avaient supposé que l’entreprise serait le géant de l’industrie qu’elle est aujourd’hui.

Le premier produit fabriqué chez Pfizer était la santonine – un remède couramment utilisé pour traiter les vers intestinaux et autres parasites intestinaux dans l’Amérique du 19ème siècle. Les cousins ​​ont fait une fusion de leurs savoirs. Grâce à l’expertise du patron en chimie et à l’expertise d’Erhart en confiserie, les deux cousins ont produit un médicament à l’arôme d’amande et l’ont mélangé avec succès à la santonine, sans réduire l’efficacité de celle-ci. Le succès de ce remède à la Santonine a été instantané et a donc aidé l’entreprise à grandir et à bien commencer.

Laboratoire Pfizer durant le guerre civile aux USA

En 1862, l’acide tartrique et le tartre en lui même se sont grandement développés car essentiels à la fois pour l’industrie alimentaire et chimique aux Etats-Unis, ainsi la production de masse a commencé.  

Au même moment, le déclenchement de la guerre de Sécession en 1861 entraîna une demande accrue d’analgésiques et de désinfectants – une chance qui fut saisie par Pfizer. L’acide tartrique et les produits connexes utilisés pour la fabrication des liquides de refroidissement, des diurétiques et des agents nettoyants ont été complétés par d’autres médicaments essentiels tels que l’iode, la morphine, le chloroforme, le camphre et le mercure. Dans le même temps, ces produits chimiques ont également été utilisés par les pionniers de la photographie qui ont tenté de documenter les événements et les horreurs de la guerre civile. À la fin de la guerre, les revenus du laboratoire Pfizer ont doublé, ouvrant la voie à la poursuite de l’expansion de l’entreprise.

Relocalisation du siège de Pfizer et expansion (1865-1891)

Avec l’augmentation des revenus, Pfizer était prête à augmenter la gamme de produits et le nombre d’employés. Et l’ancienne localisation ne pouvait tout simplement plus supporter la croissance de l’entreprise, de sorte que le siège social a été déplacé au 81 Maiden Lane à Manhattan en 1868 et y est resté pendant près d’un siècle !

En 1880, l’entreprise devint un leader dans la production d’acide citrique avec le processus d’extraction de concentrés de citron et de chaux (une technique qui sera abandonnée plus tard, en faveur de l’approche plus avancée). Mais, à l’époque, c’était le processus de pointe qui a joué un rôle crucial dans la fabrication de boissons telles que Coca-Cola, Dr Pepper et Pepsi. Grâce à cette collaboration, Pfizer a fait de l’acide citrique son principal produit et a utilisé les revenus toujours croissants pour poursuivre son expansion.

En 1882, l’entreprise était prête à s’étendre vers l’ouest avec le nouvel entrepôt de Chicago, en Illinois. L’accès à de nouveaux marchés a rapidement fait grimper le chiffre d’affaires de Pfizer, annonçant clairement ses futurs succès.

Mort de Charles Erhart en 1891

Lorsque l’un des associés, Charles Erhart, est décédé en 1891, il a laissé un partenariat avec l’autre gérant à son fils William. À l’époque, ce partenariat valait environ 250 000 $. Cependant, un accord préalable entre les cousins a permis à Charles Pfizer de racheter la part de William Erhart à seulement moitié prix de sa valeur. Cela a permis à l’actionnaire de prendre le contrôle total de son entreprise. Charles Pfizer a exercé un contrôle presque total sur le développement de l’entreprise et de son modèle d’entreprise jusqu’à sa mort en 1906, malgré la brève collaboration officielle avec son plus jeune fils, Emile Pfizer, en 1905 et au début de 1906.

Le 50ème anniversaire de Pfizer

En 1899, Pfizer a fêté son 50e anniversaire, à cette occasion, l’actionnaire majoritaire a donné un discours désormais emblématique et qui a servi de modèle de base pour d’innombrables entreprises partout dans le monde. À ce moment-là, l’entreprise est devenue un chef de file dans la fabrication de produits industriels et pharmacologiques et aussi un gros exportateur, ce qui signifie qu’elle a maintenant accès à des marchés à l’extérieur des États-Unis. Remarquant le succès de son entreprise, Charles Pfizer a déclaré :

«Notre objectif a été et continue d’être le même : trouver un moyen de produire des produits de la plus haute qualité et perfectionner le moyen le plus efficace pour y parvenir, afin de servir nos clients. Cette entreprise s’est bâtie sur sa réputation et a suivi avec dévouement ses propres normes, et si nous voulons encore célébrer un 50ème anniversaire, nous devons toujours être conscients que la qualité est la clé du succès. “

Pfizer dans la première moitié du 20ème siècle

En 1900, au tout début du siècle, Pfizer a déposé officiellement un certificat prouvant la création de la société dans l’Etat du New Jersey. À l’époque, le capital autorisé était de 2 millions de dollars et divisé en actions de 100 $. Mais, à ce moment-là, il n’a pas modifié de façon significative le modèle d’affaires ou le fonctionnement de l’entreprise.

En 1905, lors d’une réunion spéciale du conseil d’administration, le fils du gérant, Émile, fut nommé président de l’entreprise. Emile Pfizer occupera ce poste pendant environ 35 ans. Un an plus tard, en 1906, Charles, l’actionnaire principal, âgé de 82 ans, meurt dans son domaine de Rhode Island, laissant tout le pouvoir exécutif entre les mains d’Emile son fils, avec sa mort, il ratera de peu de voir les ventes excéder 3 millions de dollars.

Le début de la Première Guerre mondiale en 1914 a provoqué une pénurie de citrate de calcium, un composé crucial nécessaire à la fabrication de l’acide citrique. C’est pourquoi Pfizer a dû chercher des solutions alternatives. Le chimiste employé dans l’entreprise a découvert un type de champignon qui fermente le sucre en acide citrique. Le processus n’a pas été perfectionné à temps pour apporter un changement aux pénuries causées par la guerre, mais à partir de 1919, il est devenu l’approche de pointe de la production d’acide citrique. 1

Milieu du 20ème siècle

En 1941, Emile Pfizer a quitté la position présidentielle pour travailler dans l’entreprise en tant que pdg. Mais il quitte ses fonctions avant la fin de l’année, mettant ainsi fin à sa longue carrière. Après son départ, aucun membre de la famille Pfizer n’a été impliqué dans les affaires de l’entreprise jusqu’à ce jour.

Un an plus tard, le 22 juin 1942, 240.000 actions ordinaires furent offertes au public, ce qui marqua le passage de l’entreprise privée en entreprise publique, comme c’est le cas encore aujourd’hui.

En 1950, les experts en chimie employés par l’entreprise ont découvert Terramycin (oxytétracycline) qui a marqué un énorme changement dans le travail de l’entreprise. Non seulement le nouveau médicament a considérablement augmenté les bénéfices, mais il a également souligné l’importance de la recherche et du développement. Remarquant cela, les dirigeants de l’entreprise ont décidé d’investir dans des installations de R & D flambant neuves et de faire de Pfizer un géant pharmaceutique axé sur la recherche.

L’expansion des années 1950

A cette époque, Pfizer s’est propagé dans de nombreux autres pays, notamment :

  • Belgique
  • Brésil
  • Canada
  • Cuba
  • Mexique
  • Panama
  • Porto Rico
  • Royaume-Uni

Au début des années 1960, la société a également créé de nouvelles installations de R & D à Groton, dans le Connecticut.2

L’ère de la recherche (1980-1990)

Les deux dernières décennies du 20ème siècle ont été marquées par une augmentation de la découverte et de la recherche de nouveaux médicaments. Nous pouvons dire que cette ère a commencé en 1980 lorsque Pfizer a lancé Feldene (piroxicam), un médicament anti-inflammatoire qui était le premier produit de l’entreprise à atteindre 1 milliard de dollars de ventes totales. Ce succès a été suivi par :

La découverte du Viagra par l’entreprise Pfizer

La découverte du sildénafil, principe actif du Viagra en 1996 dans la ville de Sandwich, dans le Kent, a probablement fait la renommée des laboratoires Pfizer dans la culture pop contemporaine. Sous le nom de Viagra, le sildénafil est devenu sans conteste le produit le plus populaire de l’entreprise à ce jour.

Sildenafil (à l’origine, composé UK / 92,480) a été découvert par Ian Osterloh et a été testé à l’hôpital Morriston à Swansea, au Pays de Galles. À l’origine, la substance a été conçue pour traiter l’angine de poitrine, l’hypertension et les caillots sanguins. On pourrait dire que ces premiers tests n’ont pas été couronnés de succès – malgré tout, ils ont produit un effet secondaire inattendu, un effet secondaire qui a donné à Pfizer son produit le plus reconnaissable et qui a changé le traitement de l’impuissance pour toujours.

Viagra a été breveté en 1996 et certifié par l’EMA et la FDA pour utilisation en 1998. Pour le reste, l’histoire s’écrit encore.

Historique des fusions de l’entreprise

Tout au long de son histoire, Pfizer a grandi par des fusions avec d’autres géants de l’industrie, avec certains des plus célèbres, y compris :

  • Acquisition de Warner-Lambert
  • Acquisition de Pharmacia
  • Acquisition de Wyeth
  • Acquisition de King Pharmaceuticals
  • Zoetis
  • Hospira

Sources : 

  1. Histoire d’entreprise – Site officiel de l’entreprise
  2. Laboratoire – Vitaemed