Il existe un lien direct et bien connu entre la santé mentale et l’obésité. Bien que ce ne soit évidemment pas toujours le cas, de nombreuses personnes atteintes d’obésité souffrent également de certains problèmes de santé mentale. Ces deux maladies peuvent causer une grande détresse dans les familles des personnes touchées en ayant un impact sur la santé de l’individu.

Le contenu de la page

Lorsque nous examinons les statistiques détaillant la prévalence de ces maladies en France, nous pouvons trouver des données quelque peu surprenantes. Il semble qu’environ un résident français sur six soit pris d’un problème de santé mentale chaque année, 15% de la population totale étant classée comme obèse.

Facteurs communs contribuant à la fois à la santé mentale et à l’obésité

En examinant la relation de plus en plus importante entre les problèmes de santé mentale et l’obésité, les scientifiques ont commencé à dresser une liste de facteurs externes pouvant clairement et directement influer sur ces deux conditions et faciliter leur développement. Parmi les facteurs les plus explorés figurent :

Le sexe

Les femmes semblent être beaucoup plus à risque que les hommes de développer un cycle obésité-dépression et sont beaucoup plus susceptibles de développer des problèmes de santé mentale en raison de la prise de poids.

Statut social et économique

Contrairement à ce que certains pourraient penser, les personnes appartenant aux classes inférieures et aux milieux défavorisés risquent davantage de développer l’obésité et de faire face à des problèmes de santé mentale. Cependant, les deux ne sont souvent pas directement liés, contrairement à l’exemple précédent – ils ont simplement plus de chances de se manifester dans le même contexte.

Éducation

Les données publiées par Public Health England indiquent qu’un tiers des sortants sans diplôme ont tendance à devenir des adultes obèses.

Âge

Les taux d’obésité semblent augmenter avec l’âge, alors que la plupart des problèmes de santé mentale sont diagnostiqués chez les personnes âgées de 55 à 65 ans.

Ethnicité

Bien qu’il reste encore quelque peu débattu, il semble que l’appartenance ethnique joue un rôle dans la détermination du risque d’obésité. Cela peut être à cause des différences culturelles. Les facteurs culturels jouent également un rôle crucial dans la résolution des problèmes de santé mentale.

Les deux sont également étroitement liés de différentes manières. Par exemple, la santé mentale d’une personne peut avoir un impact direct sur son poids, tandis que le poids et l’image corporelle perçue de la personne peuvent également causer des problèmes de santé mentale. Mais ces interactions ne rendent pas plus clair le lien entre les deux.

Manger pour palier une frustration émotionnelle

Manger émotionnellement est sans aucun doute l’un des liens les plus connus entre l’obésité et la santé mentale. Cette pratique tient au fait que les aliments peuvent parfois être utilisés à des fins non nutritionnelles. Dans ces scénarios, l’individu qui se livre à une alimentation émotionnelle peut être incité à manger à cause de son sentiment de frustration plutôt que par la faim réelle.

Les déclencheurs émotionnels les plus courants directement liés aux mauvaises habitudes alimentaires comprennent :

  • Humeur en berne
  • Anxiété
  • Frustration
  • Solitude
  • Stress
  • Colère

Dans plus ou moins toutes ces situations, la nourriture est utilisée comme une sorte de consolation qui vise à satisfaire des problèmes émotionnels non résolus. Cette stratégie d’adaptation peut même conduire à une dépendance alimentaire en matière de soutien émotionnel, ouvrant ainsi clairement la voie à la prise de poids et à l’obésité éventuelle.

La base psychologique de la boulimie

La boulimie est un terme familier utilisé pour désigner un type de trouble de l’alimentation caractérisé par une envie de manger des quantités excessives de nourriture, le plus souvent en peu de temps et sans pour autant déclencher l’appétit naturel. Les personnes qui font de l’hyperphagie boulimique ressentent souvent une perte de contrôle et essaient généralement de faire face à cela en passant par des périodes où elles se privent de nourriture. Cependant, ce cycle de boulimie et de purge peut entraîner des changements radicaux dans la glycémie, ce qui peut perturber les parties du cerveau chargées de déclencher la faim. En conséquence, des envies de nourriture non naturelles peuvent se produire, ce qui complique encore le problème.

Dans le même temps, les épisodes d’hyperphagie boulimique peuvent être subjectivement ressentis comme quelque chose de désagréable et de honteux, entraînant des sentiments de honte et de déception, exposant ainsi les personnes affectées à un risque encore plus élevé de dépression.1

Construire une relation saine avec la nourriture

Le lien entre les problèmes de santé mentale et l’obésité s’explique souvent par la relation dite malsaine avec les aliments. Notre relation adulte avec la nourriture est, quant à elle, fortement marquée par l’expérience de nos années formatrices lorsque nous apprenons pour la première fois ce que c’est d’avoir faim et à quelle fréquence devrions-nous manger pour gérer notre faim.

Pour la majorité des gens, cette base était globalement positive, ce qui a permis d’établir une relation saine entre les aliments, qui consiste à manger des aliments nutritifs d’une manière saine. Cependant, il semble que de nombreux adultes souffrant d’obésité ont eu une relation malsaine avec la nourriture au cours de leurs premières années de vie. Les comportements appris au cours des années de formation peuvent être très difficiles à surmonter et diverses expériences de cette période peuvent jouer un rôle crucial dans la formation de notre expérience en tant qu’adulte.

Les psychologues ont conclu que la maltraitance, la négligence ou d’autres événements traumatisants vécus pendant l’enfance peuvent tous déclencher des habitudes alimentaires malsaines plus tard dans la vie. De plus, beaucoup de personnes ayant vécu ces expériences ont tendance à utiliser la nourriture pour détourner leurs sentiments négatifs.

Certaines personnes touchées par une très faible estime de soi causé par des abus durant l’enfance ont tendance à utiliser la nourriture afin de créer une barrière physique – à leurs yeux, parfois inconsciemment, prendre du poids semble être un bon moyen d’être moins perceptible ou attrayant, ce qui signifie qu’il sera plus facile de garder les gens à distance.

Pouvez-vous être accro à la nourriture ? Y a-t-il des aliments addictifs ?

La raison biologique de la consommation alimentaire consiste à fournir à notre organisme le “carburant” dont il a besoin pour bien fonctionner et à lui fournir les nutriments essentiels lui permettant de rester actif et productif tout au long de la journée. Cependant, tout le monde sait qu’il existe de nombreux types d’aliments que nous pourrions consommer de façon régulière sans que nous en fassions très peu ou aucune idée de leur valeur nutritionnelle.

Bien qu’aucun aliment ne crée de dépendance en soi, les études ont confirmé que les aliments riches en sucre, en sel et en graisse peuvent provoquer une chaîne de réactions chimiques dans le cerveau subjectivement vécues comme un plaisir. Donc, techniquement, il pourrait être possible pour certaines personnes de devenir “accros” à une ruée vers la dopamine résultant de la consommation de certains types d’aliments. Dans certaines situations plus rares, les signaux de récompense du cerveau peuvent être si puissants qu’ils parviennent même à rivaliser avec le sentiment naturel de plénitude, ce qui conduit à des habitudes alimentaires anormales et à une alimentation excessive.

La société moderne comme facteur de la prise de poids

De nombreuses études indépendantes confirment que les attitudes à l’égard des aliments évoluent dans le temps et dans l’espace, des normes et des modèles de comportement différents étant enracinés dans des contextes culturels différents. Par exemple, grignoter toute la journée, manger tard le soir, boire des boissons riches en calories sont tous considérés comme malsains, mais font néanmoins partie de la norme. En d’autres termes, ces habitudes ont été acceptées par la société et se propagent dans notre expérience quotidienne, dans les médias et dans le discours général de la société.

En outre, l’hédonisme du monde occidental au XXIe siècle met encore plus l’accent sur le goût des aliments (par opposition à leur valeur nutritionnelle réelle) et la pratique des repas à l’extérieur peut souvent rendre encore plus difficile une saine alimentation.2

Sources :

  1. Mincir – Vite Maigrir Blog
  2. Explication – Journal des femmes