La sexualité fait maintenant partie intégrante de nos vies, nous la considérons comme une expérience importante et bénéfique à notre santé. Nous voulons bien évidemment que notre vie sexuelle soit exempte de tout soucis, qu’il n’y ait pas de soucis ou de risque d’infection. Mais malgré ces vœux, les maladies sexuellement transmissibles ou les infections sexuellement transmissibles (MST ou IST) sont une réalité bien présente en France, appelées aussi Maladies Vénériennes. Environ 100 000 personnes ont été touché par ces maladies en 2015 et une hausse chaque année est répertoriée.

Le contenu de la page

Parler de ce sujet peut être embarrassant en raison des stéréotypes et préjugés que les gens ont sur la question des MST. Donc les personnes infectés choisissent souvent d’ignorer et évitent le problème. Mais ce n’est pas du tout ce qu’il faut faire. La plupart du temps en effet, les MST peuvent être soignée facilement avec les médicaments appropriés.

Le vrai problème vient donc du fait qu’un pourcentage significatif de personnes affectées décident de ne pas faire appel à un médecin garantissant donc la propagation des maladies avec leurs futurs partenaires. Au 21ème siècle, il n’y a pas d’excuse, vous pouvez obtenir des renseignements en ligne ou même vous faire ausculter par un médecin en ligne et sous couvert d’anonymat. Vous pouvez donc obtenir des conseils médicaux précieux et trouver le traitement le plus adapté à votre problème.

Vous pouvez aussi passer un test de MST afin d’identifier précisément votre état.

Dans cet article, nous découvrirons certaines des maladies sexuellement transmissibles les plus courantes et les symptômes IST, nous verrons les traitements possibles et les kits de tests d’IST existants.1

MST ou IST : Quelle est la différence ?

Il est vrai que lorsque l’on parle de sexe, les termes Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont utilisés de façon aléatoire ce qui rend le sujet confus. Il y a aussi le terme “Maladie Vénérienne” qui peut être utilisé. On peut donc se poser la question de la différence entre les deux. Nous savons que MST est le terme le plus utilisé par le grand public, mais ces dernières années la communauté scientifique fait un effort considérable pour introduire IST comme terme alternatif.

Pourquoi est-ce important ?

Ce n’est pas seulement une question de terminologie, le terme “infections sexuellement transmissibles” est récemment plus favorisé par la communauté scientifique car toutes les personnes infectées ne développent pas forcément les symptômes. En fait dans certains cas, comme avec le virus du papillome humain (ou VPH), la majorité des personnes infectées pourraient ne pas être au courant de leur état à moins de subir un test de dépistage des IST.

Ce qui veut dire que toutes les infections sexuellement transmissibles ne se transformeront pas nécessairement en une maladie sexuellement transmissible. Certaines peuvent rester en nous, parfois pendant une longue période.

Toutes les IST les plus courantes en France ?

La France est touchée par ces IST comme n’importe où dans le monde. En effet, les laboratoires français ont diagnostiqué en 2016, près de 268.000 cas d’infections à Chlamydia chez les plus de 15 ans, contre 77.000 en 2012, et près de 50.000 infections à gonocoque, contre 15.000 en 2012. Ainsi, en seulement 4 ans, le nombre de ces IST a plus que triplé. Liste MST. Et ces chiffres sous-estiment très certainement l’incidence réelle notamment en raison d’un dépistage insuffisant insiste Santé Publique France.2

Chlamydia

L’infection à chlamydia, reste la plus fréquente avec 81 000 cas en 2015, soit 10 % de plus qu’en 2013. Dans deux tiers des cas, il s’agit de jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans. Cette IST est souvent asymptomatique et donc difficile à identifier. Elle reste inactive dans la plupart des cas donc inoffensive. Malgré ce fait, de plus en plus de scientifiques font un lien direct entre infertilité et Chlamydia.

Une fois diagnostiqué grâce à un test chlamydia, cette infection peut être traitée facilement avec un simple médicament antibiotique.

Verrues génitales

Assez commune, cette IST reste désagréable et embêtante pour les personnes atteintes. Les verrues génitales se manifestent généralement par des excroissances bénignes de la taille d’une tête d’épingle sur les parties génitales, l’anus ou le rectum. Elles se regroupent en grappes. Ces verrues sont causées par le Virus du Papillome Humain (VPH). Il existe plusieurs traitements pour contrer ces verrues génitales comme la crème Aldara, Warticon ou Condyline3

Blennorragie ou Gonococcie

La gonococcie ou “chaude pisse” est une infection bactérienne transmise sexuellement, elle peut rester asymptomatique longtemps et peut être bien soignée une fois identifiée. Voir traitement Gonocoque.Comme la Chlamydia, la prise d’antibiotiques est le remède le plus efficace. Si vous êtes atteint vous aurez des brûlures et/ou un écoulement jaune par la verge, le vagin ou l’anus. Peut devenir une super gonorrhée.4

Herpès

Le virus de l’herpès simplex (HSV) ou herpès et l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes dans le monde. Les symptômes sont visuels, ce sont des cloques ou des plaies autour de la bouche ou dans la région génitale. Le gros problème de l’herpès c’est qu’il ne peut pas être totalement guéri, il va devoir être géré pendant toute la vie de la personne infectée, pour cela il existe des crèmes et des traitements comme Aciclovir, Famvir, Valtrex ou Valaciclovir.

Pour plus d’informations sur l’herpès cliquez ici. (A venir)5

Trichomonase

Contrairement aux autres IST mentionnées ci dessus, la trichomonase est causée par un parasite microscopique, le “trichomonas vaginalis”. Cette affection arrive le plus fréquemment chez la femme jeune. Elle peut aussi être attrapée lors d’utilisation conjointe de serviettes, de maillots de bain ou autres sous-vêtements. Les symptômes se caractérisent par des démangeaisons, des brûlures ou des douleurs dans le vagin, bien que ceux-ci se manifestent seulement chez 30% des personnes infectées. Ce parasite est facilement traité grâce à un principe actif le métronidazole.6

Les traitements des IST ou MST

Heureusement, la plupart des infections sexuellement transmissibles ou IST (MST) peuvent être facilement traitées. Le type exact de traitement dépendra de la nature exacte de la maladie, il faudra donc faire, sans crainte, une identification précise du problème. Les IST bactériennes telles que la gonococcie ou la chlamydia peuvent être traitées avec succès grâce à un traitement antibiotique

D’autres infections, notamment virales, sont significativement plus difficiles à traiter. Ce ne sera pas impossible mais avec l’exemple de l’herpès, elle ne seront pas complètement guéris et se transformeront en gênes à vie. 

Dépistage des maladies sexuellement transmissibles (MST)

Si vous pensez avoir contracté une infection sexuellement transmissible, la première chose à faire est de se faire dépister avec un test d’IST, ainsi ce test confirmera ou arrêtera vos soupçons. Si effectivement vous avez une IST ou MST, il faudra déterminer le type exact et la nature de la maladie, ceci est la première et la plus importante des étapes pour que le futur traitement soit adapté. Voir aussi Test IST.

La méthode conventionnelle est de faire ces tests dans une clinique de médecine génito-urinaire (GUM). Vous pourrez prendre rendez-vous et vous faire ausculter par des professionnels de la santé qui pourront vous donner de précieux conseils.

Pour une majorité de personnes, cette expérience peut être intimidante et inconfortable. Mais ça ne devrait pas empêcher le diagnostic de votre problème. Si vous voulez éviter ce moyen il peut y avoir une autre alternative, pratique et fiable vous pouvez faire le test IST à domicile. Ainsi vous pourrez vous si vous êtes atteint d’une maladie sexuellement transmissible (MST) ou non. Vous prélevez vous-même les échantillons (d’urine et écouvillon vaginal pour les femmes) de chez vous et vous les postez dans un laboratoire certifié d’analyses, il vous informera des résultats sans avoir besoin d’un face à face ni même d’un contact téléphonique.

Sources : 

  1. Actualité – Forte progression MST – Sante magazine
  2. Sante en France – Sante LeFigaro
  3. Infection Verrues – Sante web
  4. Encyclopédie sante – Doctissimo
  5. Herpes détails – Who international
  6. Maladies femmes – Sante Journal des femmes