41% des hommes âgés de plus de 18 ans ont déjà connu des troubles de l’érection, c’est ce que révèle une enquête menée en 2011 par l’institut d’études Ifop sur un échantillon représentatif de la population masculine française. Tout homme peut connaître une panne sexuelle pour différentes raisons (stress, alcool, nouvelle partenaire etc.) mais cela ne signifie pas forcément être impuissant. L’impuissance désigne en réalité l’incapacité persistante et/ou permanente chez l’homme à maintenir une érection suffisante pour une activité sexuelle. Aujourd’hui au terme “impuissance”, les médecins préfèrent désormais parler de “troubles de l’érection” ou de “dysfonction érectile” car ils sont moins connotés négativement. Ce désagrément constitue un frein  dans la vie de l’individu atteint, en annihilant la possibilité d’avoir un rapport sexuel faute d’une érection suffisante. Ce type de panne sexuelle peut être anecdotique ou se révéler plus grave sur le long terme. À partir de quand peut-on légitimement s’inquiéter ? Si vous connaissez des dysfonctions érectiles depuis plus de six mois et de manière répétée, vous devriez envisager de consulter un médecin.

Le contenu de la page

Problème d’érection chez l’homme : Pourquoi ?

Définition d’un trouble de l’érection 

Dans l’obtention et le maintien d’une érection, le système nerveux a un rôle prépondérant. Lors d’une excitation sexuelle, le cerveau envoie des stimuli nerveux qui passent par la moelle épinière avant d’atteindre les nerfs érecteurs de la verge. Ceux-ci sont reliés aux artères et au corps caverneux logés dans le pénis. Les corps caverneux agissent comme une éponge lors de la stimulation sexuelle, ils se remplissent de sang. Cet afflux sanguin donne lieu à une érection.

La concentration de guanosine monophosphate cyclique (GMPc) facilite l’afflux sanguin dans la verge. Cette substance permet de relâcher les muscles du pénis des muscles lisses des corps caverneux et fluidifie la circulation sanguine. L’enzyme phosphodiestérase de type 5 (PDE5) anéantit la fonction vasodilatatrice de la GMPc ; les muscles de la verge se contractent, ce qui a pour effet de ramollir la verge.1

Causes de l’impuissance masculine

Et si c’était psychologique ?

Dans de nombreux cas la panne sexuelle est bien souvent d’ordre psychologique. En effet, certains hommes ne connaissent pas de difficulté particulière pour obtenir une érection qu’elle soit matinale, nocturne ou provoquée par une masturbation. Cependant, ils connaissent des problèmes d’érection pendant l’acte ou lors des préliminaires, on appelle cela une dysfonction érectile psychogène primaire ou impuissance mentale. Parmi les cas les plus fréquents de troubles érectiles que l’on attribue à des causes psychologiques, on retrouve une gêne parfois liée à la timidité ou l’anxiété de la performance.

Certains hommes redoutent de ne pas être capables d’avoir une érection suffisante leur permettant de satisfaire leur partenaire surtout quand il est nouveau. Cela peut paraître paradoxal mais une trop grande excitation peut provoquer une impuissance temporaire. Le fait de ne pas avoir eu de rapport sexuel pendant une longue période peut entraîner un état de tension, qui empêche l’érection de se produire. Le manque de désir pour sa partenaire peut aussi se révéler être un facteur déterminant. Omnibulé par l’idée de performance, l’homme n’est plus réceptif aux stimuli sexuels émis par son partenaire. À la suite d’un accident, d’une maladie grave ou au cours d’une dépression, la vie sexuelle est souvent altérée.

Dans ces différents cas de figure, il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin et à son partenaire afin de ne pas entrer dans un cercle vicieux.

Troubles de l’érection : Causes organiques

Bien que l’aspect psychologique ait un impact, dans la majorité des cas l’impuissance résulte de causes physiques. Il existe de nombreuses raisons qui peuvent expliquer les troubles de l’érection.

Parmi elles, on retrouve le dérèglement hormonal appelé l’hypoandrogénie ou andropause. L’andropause est le pendant chez l’homme de la ménopause de la femme. Elle se traduit par une baisse de la sécrétion de la testostérone et s’accompagne d’une baisse de la libido. Il y a d’autres symptômes connexes comme la diminution de la force musculaire, les changements d’humeur (dépression, irascibilité), la fatigue physique, l’accentuation de l’ostéoporose et la prise de poids.

Le Diabète

Cela pourrait être la cause de l’impuissance masculine, le système endocrinien a des glandes qui produisent les hormones qui aident à réguler le sang dans le pénis. Ainsi le diabète pourrait provoquer le dysfonctionnement de ce système et générer des troubles de l’érection. Voir aussi diabète et impuissance.

Troubles neurologiques et nerveux

Les troubles ou les dommages causés au cerveau peuvent affecter les nerfs qui communiquent avec le système reproducteur. Ainsi, un accident ou une blessure cérébrale, comme, un accident vasculaire cérébral, une sclérose en plaques ou une tumeur au cerveau peuvent avoir un effet négatif sur l’excitation.

Les maladies dégénératives comme la sclérose en plaque ou Parkinson peuvent également avoir pour conséquence des troubles érectiles. Tout ce qui touche le système nerveux (un AVC ou un traumatisme de la moelle épinière) peut impacter la sexualité.

Prise de médicaments

La prise de certains médicaments peut affecter le flux sanguin à travers le corps. Par exemple, les médicaments pour la santé mentale comme le Xanax, qui agissent comme des dépresseurs du système nerveux central, peuvent affecter la libido. D’autres drogues comme la cocaïne sont également connues pour provoquer l’impuissance masculine voire féminine, vous pouvez visiter “Comment augmenter sa libido féminine ?“.

Si vous avez subi une opération de la prostate, il est possible que vos nerfs érecteurs aient été touchés. Une insuffisance rénale peut être source d’impuissance chez l’homme, de la même manière on attribue à l’alcool la responsabilité de 50% des érections molles.

Conditions cardiaques

Les maladies qui affectent le cœur et la capacité de pomper le sang rendent l’activité sexuelle problématique. Sans flux sanguin suffisant vers le pénis, il est impossible d’avoir une érection.

La dysfonction érectile est-elle liée à l’âge ?

On peut rencontrer des troubles de l’érection à tout âge, cependant, les origines ne sont pas les mêmes. Par exemple, on considère que les hommes de moins de 40 ans sont les plus touchés par la dysfonction érectile psychogène primaire. L’impuissance chez les jeunes hommes est généralement temporaire. Les pannes sont d’autant plus fréquentes lorsque l’on est âgé, tout simplement parce que la verge n’est plus capable d’être aussi rigide. La vieillesse entraîne une diminution des érections spontanées et un temps de récupération plus long entre deux érections. Ainsi entre 40 et 70 ans, 50% des hommes connaissent des dysfonctions de l’érection et une propension qui monte à 70% pour les hommes âgés de plus de 70 ans contre 5% des 20-30 ans. Voir aussi Impuissance et âge.2

La première chose que vous pouvez faire pour améliorer votre état une fois le diagnostic d’un trouble de l’érection fait est d’initier un changement de style de vie (impuissance et aliments, activités physiques…). La dysfonction érectile peut en effet être causée par ces mauvaises habitudes du quotidien. Voir aussi Obésité et impuissance. Il se peut aussi qu’après une longue période d’abstention la “machine” soit moins efficace, ainsi dans ce cas là une activité sexuelle active peut être le remède.

A contrario, trop de sexe (plusieurs fois par jour) peut conduire à réduire la performance et la qualité de l’expérience. Sans forcément aller jusqu’à l’impuissance. Si inquiétude il y a, ce pourrait être un simple cas d’épuisement.

Problème d’érection : Solutions proposées, les médicaments et la chirurgie

Selon votre cas, le médecin recommandera le traitement le plus adapté, il existe plusieurs traitements que ce soit des doses différentes de médicaments ou carrément de la chirurgie. Traitements contre l’impuissance :

Médicaments : 

Une autre alternative peut être la crème Vitaros ou l’injection intracaverneuse Alprostadil tous deux connus et utilisés par certains.

Chirurgie : 

  • Implants péniens
  • chirurgie reconstructive vasculaire
  • thérapie de remplacement de la testostérone

Dysfonction érectile : Quelles sont les précautions à prendre pour ne pas être inquiété ?

Comme nous disons souvent : “Mieux vaut prévenir que guérir”. Il faudra vous assurez que vous prenez vos précautions contre l’impuissance en vous obligeant à avoir une vie saine.

Il a été noté que les hommes ayant un niveau d’éducation plus élevé sont moins susceptibles de connaître les troubles de l’érection. C’est certainement du à une vie plus saine ou parce qu’il ne répondent pas aux questionnaires. Quoi qu’il en soit, une telle corrélation soulève des questions sur le choix de vie.

Revoir son style de vie

Est-ce que c’est évitable ? 

La réponse est Oui. Assurez vous de faire de l’exercice, d’avoir une bonne alimentation équilibrée et une bonne estime de soi. La relation avec votre partenaire est aussi importante (surtout la communication). Tous ce facteurs vous mettrons dans une situation idéale pour éviter que cette maladie vous affecte durant votre existante.

Sources :

  1. Fonctionnement érection – E-Sante
  2. Ages et problèmes – Medisite